Défi 4/52: Le langage corporel et le bonheur

  •  
  •  
  • 5

De nombreuses études ont prouvé que la posture du corps avait un effet sur notre production d’hormones et notre état émotionnel. Des études ont démontré que les hommes et les femmes qui adoptent des postures qui inspiraient le pouvoir produisaient plus de testostérone et moins de cortisol. Ce type de production d’hormones est souvent indicatif d’une forte capacité à résister à la maladie et d’un bon leadership selon les nouvelles doctrines des neurosciences.

 

En 2009, une étude réalisée à l’Ohio State University a démontré que s’asseoir en ayant le dos droit augmente notre confiance en soi et nous aide à générer des pensées positives.

 

Cette semaine, je vais m’appliquer à me tenir droit toute la semaine et voir comment cela affecte mes clients et moi-même.

 

 

Voici les conclusions du défi de cette semaine.

Corriger sa posture pour se tenir droit lorsqu’on n’en a pas l’habitude demande des efforts. Avec de la pratique, je pense y parvenir.

Lorsque je me tenais droit, le premier challenge auquel j’ai dû me confronter était de faire face aux personnes plus petites que moi. Je mesure 1,85m. Ce n’est pas énorme, mais c’est au-dessus de la moyenne. J’avais tendance face à un client plus petit que moi à me pencher en voûtant mon dos et en baissant la tête pour le regarder. Pour garder une bonne posture je reculais pour pouvoir le regarder dans les yeux. Je créais ainsi une distance entre le client et moi qui me rendais plus à l’aise dans l’échange avec lui.

J’ai observé qu’il était plus facile de maintenir une posture droite en fléchissant légèrement les genoux. Ce petit geste avait pour effet immédiat de permettre le basculement de mon bassin et de faciliter le basculement de mes épaules vers l’arrière, alors que ma poitrine s’orientait naturellement vers le haut, comme par magie. Cet enchaînement déclenche chez moi la respiration ventrale ou profonde. Rapidement, je sentais les tensions dans mon corps s’en aller et plus particulièrement celles au niveau des épaules et des jambes.

Lorsque je marchais dans le train, mon corps répondait naturellement aux secousses du train. Je les ressentais moins, il y avait moins de résistance de la part. J’ai une meilleure conscience de moi-même.

Le bilan de cette expérience est positif. Je vais continuer à travailler ma posture car les bienfaits qu’elle m’apporte sont très intéressants et ils valent la peine d’être explorés. De plus, ce travail entre en synergie avec mon travail sur les distances interpersonnelles et mon travail futur sur la respiration ventrale.

Je vous dis à lundi pour une nouvelle expérience.

 

 

 

 

Credit image: Vectors by vecteezy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.