Défi 2/52: Respect des distances interpersonnelles.

  •  
  •  
  • 1

En 1966 l’anthropologiste Edward T. Hall a réalisé une étude appelée proxemics sur les distances interpersonnelles, c’est-à-dire les distances entre deux personnes lorsqu’elles communiquent. Cette distance définit la nature de la relation. Il a défini 4 zones.

La zone intime destinée à des gens avec qui vous êtes très proches.
Elle se situe entre 0 et 45 cm

La zone personnelle, c’est une zone dédiée aux amis.
Elle se situe entre 45 cm et 1,20m

La zone sociale, celle que l’on utilise tous les jours lorsque l’on communique avec nos collègues de travail, nos clients.
Elle se situe entre 1,20m et 3,6 m

La zone publique qui est située entre 3,6 m et 7,6 m. C’est une zone où la communication se fait unilatéralement, comme un meeting de politicien, discours ou bien spectacle.

Cette semaine mon défi sera de maintenir mes interlocuteurs dans la zone sociale, entre 1,20m et 3,6 m. Le défi sera très intéressant car je travaille dans les trains qui sont des espaces très confinés. Dimanche, je ferai une mise à jour de cette article où vous trouverez mon ressenti de cette expérience.

Conclusion de cette expérience.

Voici les conclusions de mon expérience sur les distances interpersonnelles.

Dans son ensemble, l’expérience a été très agréable. Avoir les clients à une distance supérieure à 1,20 m présente à mon sens de nombreux avantages.

Je me suis senti moins oppressé par la présence du client, et les clients semblaient plus confortables en ma présence.

Je travaille dans des trains. L’espace est très confiné. Une des techniques que j’utilisais lorsque je ne pouvais pas maintenir une distance de 1,20 m était de me pencher légèrement pour augmenter la distance entre le haut de mon torse et la tête du client (quand il était en position assise). Instantanément, je sentais une différence.


Un avantage inattendu lorsque l’on est à 1,20 m du client et qu’on lui parle, est que l’on projette sa voix afin que le client puisse nous entendre. La voix est donc plus dynamique. À ma grande surprise, les clients répondaient très positivement à ma voix. J’exploiterai cette piste très prochainement.


Faire attention à ma distance interpersonnelle m’a obligé à être plus conscient de mon langage corporel et de mon environnement. Je me suis aperçu qu’en adoptant certaines postures et/ou en me positionnant à certains endroits j’obtenais des clients qui agrémentaient sans que j’aie à parler: la puissance de la suggestion “silencieuse” ou non verbale.


Je  conclurai en disant que je vais continuer à travailler sur les distances interpersonnelles, car cette expérience m’a ouvert de nombreuses perspectives sur la relation client qui méritent d’être approfondies.

Je vous dis à lundi pour une nouvelle expérience.




 

 

 

 

 

Credit image: Vectors by vecteezy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.